Exclusif : Interview de Jean-Jacques Gouaillardet

Jean-Jacques Gouaillardet ciboure

Suite à l’affaire de la villa située avenue d’Abbadie d’Arrast et des interrogations des Cibouriens sur la non conformité de la construction, nous sommes allé interroger Jean-Jacques Gouaillardet, adjoint à l’urbanisme à la ville de Ciboure.”

La Gazette : “M. Gouaillardet bonjour, entrons dans le vif du sujet. M. Philippe J—– a déposé en 2016 une demande de permis de construire en zone de protection du patrimoine architectural. Ce projet, soumis à l’avis de l’ABF (Architecte des Bâtiments de France), a été validé, à un certain nombre de conditions. Or maintenant que la villa est construite on peut constater que plusieurs conditions n’ont pas été respectées, le plus frappant étant l’absence de toiture, pourtant exigée. Un toit-terrasse à Bordagain, cela ne pouvait pas passer inaperçu, on ne voit que ça depuis Saint-Jean-de-Luz. Y a-t-il des irrégularités dans ce dossier ?”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Comment ? Monsieur J—– est alité ? J’espère qu’il n’a rien de grave, la dernière fois que je l’ai vu il pétait la forme, il est passé me voir, c’est un homme charmant, il a fait venir spécialement pour Guy (NDLR : Guy Poulou) et moi un magnifique plateau d’huîtres de Bouzigues.”

La Gazette : “Non vous ne m’avez pas compris M. Gouaillardet, je vous demandais si vous avez constaté des irrégularités, c’est bien vous qui êtes en charge du contrôle des constructions ?”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Constitution ? Oui je suis plutôt de bonne constitution, c’est gentil de me le dire. D’ailleurs tiens, l’autre jour quand nous avons mangé ces huîtres avec Guy, moi c’est passé comme une lettre à la poste mais Guy ça ne lui a pas réussi, le lendemain il était malade comme un chien ! Il a chié en pomme d’arrosoir pendant 2 jours, c’était pas beau à voir, alors que moi rien, impeccable, le lendemain j’allais faire un golf avec Philou !”

La Gazette : “Mais M. Gouaillardet vous n’avez pas répondu à ma question., c’est tout de même curieux de voir pousser en pleine zone protégée des bâtiments qui n’ont rien du style basque, qu’en pensez-vous ?”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Pardon ? Quand est-ce que je pense ?”

La Gazette : “Non, que pensez-vous de ces villas sans toit et du fait que de nombreux Cibouriens soient indignés par l’absence de réaction de la ville à ce sujet, qu’avez-vous à répondre ?

Jean-Jacques Gouaillardet : “Comment ça aller pondre ?”

La Gazette : “Monsieur le non respect d’un permis de construire constitue un DÉLIT vous le savez, la mairie est dans l’obligation de dresser un procès verbal et d’en transmettre une copie au Procureur de la République dans ces cas. L’avez-vous fait ? Vous ne pouvez pas fermer les yeux quand même”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Enfermer les vieux ? Pourquoi voulez-vous enfermer les vieux ? ”

La Gazette : “Comment ? Mais M. Gouaillardet, n’êtes-vous pas inquiet de ce que peuvent penser les Cibouriens ? Pensez aux prochaines élections !”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Aux prochaines sélections ?”

La Gazette : “Mais non M. Gouaillardet, mais enfin pourquoi ne répondez-vous a aucune des questions ? Ce qui se passe est grave, des esprits mal intentionnés pourraient imaginer n’importe quoi, pourquoi restez-vous sourd aux revendications des Cibouriens, vous devez bien avoir des raisons ?”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Vous voulez me demander pardon ?”

La Gazette : “M. Gouaillardet j’ai l’impression que vous le faites exprès, vous faites semblant d’être dur d’oreille.”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Oui chaque matin, un verre de jus de groseille, c’est bourré d’antioxydants vous le saviez, c’est excellent pour lutter contre le vieillissement !”

La Gazette : “(soupir) Merci M. Gouaillardet.”

Jean-Jacques Gouaillardet : “Comment ?”

 

 

66 Partages