Saint-Jean-de-Luz suit Bayonne : les fêtes de la St Jean deviendront payantes

fêtes st jean payantes

Avec une fréquentation plus forte ces dernières années, et la nécessité de financer le coût croissant de la sécurité, dans un contexte d’attentats, les fêtes patronales de la Saint Jean répondent finalement, toutes proportions gardées, à la même problématique que celles de Bayonne, qui, comme nous l’avons officiellement appris, seront payantes dès cette année.

 

“réguler la fréquentation”

C’est donc en toute logique que la municipalité réfléchit elle aussi à un modèle payant pour les fêtes de 2019. Ce projet serait, selon nos sources, dans une phase déjà bien avancée. L’opposition a émit l’idée d’augmenter le prix des “basos”, ces gobelets réutilisables et recyclables, mais cela ne répond qu’à une partie du problème, le coût des fêtes, et ne règle pas un second problème, la fréquentation très, trop forte pour une ville comme Saint Jean de Luz. La solution serait donc, comme à Bayonne, de “réguler” cette fréquentation en rendant l’accès au centre ville payant.

 

“le baso à 5 euros dès cette année”

En attendant, et dès les prochaines fêtes qui auront lieu le mois prochain, la ville a décidé de maintenir l’accès gratuit au centre-ville mais va opter dans l’immédiat pour l’augmentation des basos. Il faudra donc cette année débourser 5 euros pour un verre recyclable, une somme qui ne sera pas remboursable, chacun pourra ainsi garder son baso en souvenir, des gobelets particulièrement réussis cette année dit-on, avec une collection estampillée 2018 sur le thème des mouettes. Les débits de boissons bien entendu auront l’interdiction formelle de servir à boire dans un autre contenant que ces basos officiels.

Consolation : les enfants auront droit, eux, à des gobelets transparents gratuits, qui ne pourront toutefois être utilisés que pour boire de l’eau ou des sirops. Ce privilège entrainera une obligation, celle de conserver son verre en main et de ne surtout pas le laisser à disposition d’un adulte. En cas de manquement, l’enfant se verrait confisquer son verre et pourrait être interdit de fêtes pour les années suivantes.

 

 

 

346 Partages