Saint-Jean-de-Luz : passé à tabac pour avoir demandé des “pains au chocolat”

chocolatine Saint-Jean-de-Luz

Loin des habituelles querelles bon-enfant entre partisans de la chocolatine et défenseurs du pain au chocolat, on a frôlé le drame hier à Saint-Jean-de-Luz.

Vendredi vers 17h30, Gabriel Bonnet, un jeune touriste Parisien, a été sauvagement frappé. Son crime ? Avoir demandé des “pains au chocolat”, au lieu de “chocolatines”.

Maité, 54 ans, était aux premières loges, elle raconte : “le jeune homme est entré tout souriant dans la boulangerie, et quand c’était son tour, Kattalin lui a demandé très gentiment ce qu’il voulait, alors c’est là qu’il a dit qu’il voulait trois pains au chocolat, et d’un coup ça a dégénéré.” La boulangère change de couleur et entre alors dans une violente colère, comme le raconte Maité : “Elle s’est mise à lui crier dessus, en lui disant “qu’est-ce que tu m’a demandé là ? qu’est-ce que tu m’as demandé ?”

La patronne saisit alors une canette de Coca zéro et la projette violemment sur le jeune homme, qui reçoit le projectile en pleine face et tombe à la renverse, sonné par cette attaque qu’il n’a pas vu venir.  La boulangère passe alors de l’autre côté, récupère la canette et s’en sert pour frapper le malheureux sur la tête, puis lui assène de violents coups de poings au visage et dans les côtes.

La scène aura duré moins d’une minute mais aura été d’une violence sans pareille, après quoi la patronne regagne son poste et enchaîne avec les clients suivants. comme s’il ne s’était rien passé. Maité, tétanisée, prendra son pain quotidien et quittera la boulangerie après avoir soigneusement enjambé le jeune homme.

Moins de dix minutes plus tard, deux policiers viendront secourir la victime et interpeller la boulangère. L’affaire sera classée sans suite, en raison des circonstances de l’incident. Interrogé après les faits, le lieutenant de police de Saint-Jean-de-Luz explique “On se renseigne un peu sur les coutumes de l’endroit où on va, il ne pensait pas à mal, c’est surtout de l’inconscience, cela devrait lui servir de leçon.”

Plus de peur que de mal.